Offre limitée: 10% avec le code : NOEL2021

0

Votre panier est vide

04-01-2022

L'histoire du bob

6 minutes de lecture

L'histoire du bob


Comment le bob est-il devenu un chapeau culte ? Vous connaissez forcément ce chapeau si populaire aujourd'hui, que l’on retrouve sur toutes les têtes, dans la rue ou les magazines. Idéal pour adopter un look décontracté, il se retrouve aussi sur la tête des plus grandes stars lors d’évènements glamour. Mais comment expliquer ce grand écart entre couvre-tête du peuple et accessoire de luxe ? Nous allons vous l’expliquer dans cet article ! En effet, le port du bob a connu de nombreux rebondissements depuis sa création : de ses racines purement fonctionnelles à son statut actuel de fashion statement (autrement dit, un objet qui démontre votre sens inégalé du style !), remontons ensemble le temps pour comprendre l’histoire du bob, son image à travers les âges et l’explosion de sa côte de popularité !

 


Les origines du bob : le chapeau à papa

Le bob ou “bucket hat” (chapeau seau) comme l’appellent nos amis anglophones de manière imagée (puisqu’il ressemble un peu à un seau à l’envers, avec son “fond plat” si distinctif !) a connu une explosion de sa côte de popularité ces dernières années, en étant remis au goût du jour par des célébrités telles que Rihanna. Ce chapeau généralement en coton ou en tissu technique, avec un bord plus ou moins rigide pouvant être replié, n’a pas toujours été l’objet d’un tel engouement. Il faut remonter au début du 20ème siècle en Irlande pour trouver les premières traces des bobs. Ils étaient alors destinés aux pêcheurs, et en réalité, vous verrez encore des pêcheurs de nos jours en porter. Les bobs n’ont pas cessé de leur être utiles en devant des accessoires prisés des victimes de la mode ! Au début de leur existence, les bobs étaient principalement fabriqués en laine, en tweed ou encore en feutre. Leur tissu épais protégeait les pêcheurs et les agriculteurs des mauvaises conditions météorologiques, inévitables lors de leurs longs temps d’attente ou de travail manuel en plein air. La lanoline (que l’on retrouve dans la laine non lavée) constitue en effet un imperméabilisant naturel. Pratique, le bob est également devenu apprécié par ceux qui le portait pour sa capacité à être emporté partout avec soi. La souplesse des matériaux tranchait avec la rigidité des couvre-chefs portés à l’époque, ce qui permettait de le ranger dans sa poche, et de le laver sans difficulté. C’est ainsi que le “bucket hat” est devenu un incontournable pour les sorties en extérieur lors de sa création. Quelques années plus tard, c’est dans les rangs de l’armée américaine que l’on a retrouvé le bob. Les marines l’ont également adopté : les militaires ont rapidement reconnu les vertus de ce chapeau pas comme les autres. Ils permettaient aux soldats de s’abriter du soleil et de la pluie sans gêner la vision et en restant légers, qualités particulièrement cruciales pendant les campagnes dans des pays aux conditions climatiques difficiles, comme le Vietnam. En tant que chapeaux militaires, les bobs étaient fabriqués en coloris camouflages ou vert kaki, doublés d’une moustiquaire intégrée pour tenir à distance les insectes. Cet héritage militaire se retrouve dans le nom français du chapeau : ce sont en effet les français qui lui ont donné ce sobriquet original, en voyant les soldats américains le porter ! Les soldats français surnommaient les américains “Robert” ; par métonymie, leur couvre-chef préféré est ainsi devenu leur surnom, “Bob”. Surprenant, non ? La récupération des bobs par l’armée américaine a donné naissance à des variantes du traditionnel “bucket hat”. Parmi les catégories de chapeaux que le bob a inspirés, l’on retrouve ainsi : - Le fameux “Daisy Mae”, souvent cousu en tissu denim, qui est plus rond que le bob tel que nous le connaissons (dont le haut est plat, à l’instar d’un seau !), avec des bords plus larges. Il ressemble à un croisement entre le bob et le chapeau colonial ; à la différence de ce dernier, il demeure cependant fabriqué en matière souple. Ce dérivé des chapeaux de pêcheurs est aujourd’hui moins fréquent que le bob mais tout aussi stylé et original ! - Le non moins célèbre "boonie hat", aussi appelé chapeau de brousse. Apparu durant la guerre du Vietnam, ce type de couvre-chef était réalisé sur place, avec des résidus de tissu récupérés sur tous types de vêtements ou d’objets. Ses bords sont plus larges que le bob classique, tout en gardant le “fond plat” caractéristique du “bucket hat”. Le “boonie hat” est un incontournable aujourd’hui pour les forces armées, mais aussi pour les aficionados des balades en forêt ! Si le bob était d’abord un vêtement technique, apprécié des personnes exposées à des conditions extérieures rudes, il a rapidement été adopté par les jeunes et les férus de mode en tant qu’accessoire indispensable d’une tenue décontractée.

 


L’histoire moderne du bob : désuétude et revival, l’association du bob à l’art et aux cultures alternatives

A ce stade, vous vous demandez encore comment le bob a pu devenir un accessoire prisé par les célébrités et les jeunes. Rien d’étonnant à cela, étant donné sa forme si particulière et son public cible, principalement masculin et d’âge moyen. Sans surprise, le “bucket hat” est donc resté quelques années l’apanage des militaires et pères de famille en goguette. Ce n’est qu’à partir des années 80 que les rappeurs ont mis le bob sur le devant de la scène de la mode et lui ont donné une dimension supplémentaire : celle du style ! En étant porté par des artistes influents des mouvements rap et hip-hop, tels que les membres de Run DMC, le bob s’est ainsi associé à une culture bien différente de son image initiale, étroitement liée à l’armée et donc à l’ordre. Au cours des années 80 et au début des années 90, le bob jouissait d’une image jeune et dynamique, parfois subversive. Cependant, cet effet de mode s’est rapidement essoufflé au début des années 2000. Devenu ringard, le bob a été à nouveau relégué aux rayons des magasins de chasse et de pêche. Oublié pendant une quinzaine d’années, il faut attendre 2015 pour que le style des années 90 et 2000 reviennent en force, et dans son sillage, le port du bob comme couvre-chef de prédilection. Il est désormais largement porté par les artistes, et se revendique comme l’héritage des cultures alternatives. Synonyme de diversité, il a en effet été popularisé par les artistes de hip-hop dans les années 90 : le bob est ainsi devenu un objet de contre-culture et de diversité, puisqu’il était majoritairement porté par des afro-américains et latino-américains. Le bob se retrouve désormais sur toutes les têtes ; les artistes de tous horizons, français, américains ou coréens sont tombés sous son charme, et avec eux, leurs millions de fans à travers le monde. Sous un chapeau en apparence anodin, l’on retrouve donc la marque d’une histoire riche en rebondissements.

 


Ce que représente aujourd’hui le bob : un article de mode hautement désirable et intemporel

Le revival de la mode des années 90 et 2000 a conduit la jeunesse d’aujourd’hui à adopter à son tour le bob dans son dressing. En parallèle, le bob demeure aussi un chapeau très pratique pour les balades dans la nature ou le travail en extérieur. Il reste très associé aux militaires. Plus qu’un vêtement, les bobs sont aujourd’hui vecteurs d’une histoire et porteurs de valeurs. Diversité et unité, style et authenticité, bourgeois et populaire : ces chapeaux réconcilient des concepts en apparence diamétralement opposés. Porter un bob n’est pas seulement une manière de se vêtir, c’est aussi un geste engagé, qui soutient la richesse d’un héritage historique véhiculé par des femmes et hommes aux origines variées. Le bob est ainsi devenu un accessoire très particulier, puisqu’il peut être très versatile et être porté de mille façons selon le style vestimentaire de chacun. Il peut rester humble, classique et être adopté par des férus de pêche ou de randonnée. Il peut aussi être un pur accessoire de mode pour les gen Z, voire être un objet luxueux s’il provient d’un grand créateur. Leur facilité de fabrication et leur démocratisation a fait des bobs un objet idéal à des fins de publicité : il est aisé de les réaliser à moindre coût pour promouvoir une marque ou un évènement. Encore une preuve de la polyvalence de ce chapeau emblématique ! Il y a fort à parier que, étant donné l’histoire moderne du bob, il conserve sa place de choix parmi les vêtements considérés comme étant intemporels et indémodables. Les bobs ne sont donc pas adaptés à un seul style, à une seule catégorie de personnes ou à une tranche d’âge spécifique. Cela est directement lié à l’histoire de ces couvre-chefs uniques en leur genre. Vous trouverez donc forcément “bob à votre tête”, si vous voulez en posséder un, et vous pouvez être certain d’avoir une occasion de le porter ! Ce chapeau emblématique le demeurera encore longtemps, alors n’hésitez plus à investir dans cette pièce coup de cœur.

NOS MEILLEURS PLANS